Blanquette de veau

BLANQUETTE DE VEAU

12597002_10156493880915430_725049295_o

En ces temps hivernaux, je n’ai rien trouvé de plus réconfortant qu’une délicieuse blanquette de veau. J’avais surtout besoin d’effacer le souvenir que j’en avais, mon pire échec culinaire. C’était il y a 5 ans, il était temps pour moi de me réconcilier avec cette recette. Je viens surtout d’acquérir les mini-cocottes de Le Creuset, parfaites pour ce genre de plat.
Je vous l’accorde, ce n’est pas la recette la plus gastronomique au monde -quoi que, revisitée ça peut le devenir. C’est surtout l’une des plus anciennes recettes de la gastronomie Française, une recette incontournable, le symbole d’une tradition culinaire.

Rien de compliqué -alors que je m’en faisais une montagne- mais beaucoup de patience et de bons produits.

Allons-y, il vous faudra :

-800g de sauté de veau
-Beurre demi-sel
-2 cuillères à soupe de farine
-1 oignon
-4 clous de girofle
-1 bouquet garni
-1 cube de bouillon de veau ou de fond de veau
-200g d’oignons grelots (si vous n’en trouvez pas, prenez-les chez Picard)
-2 carottes
-10/12 champignons de Paris
-30cl de crème liquide entière
-2 jaunes d’œufs
-1 cuillerée à soupe de jus de citron
-sel, poivre, noix de muscade

Commencez par saisir votre viande. Pour cela, faites fondre du beurre dans une cocotte. Quand celle-ci est bien chaude, disposez votre viande et laissez la dorer. Salez, poivrez, elle va rendre de l’eau, laissez la s’évaporer pour continuer la cuisson. Le but ici c’est que votre viande colore bien, les sucs de cuisson donneront beaucoup de goût à votre plat par la suite, c’est donc une étape importante.

Une fois que celle-ci est bien dorée, ajoutez les deux cuillères de farine et versez de l’eau froide dans la cocotte jusqu’à ce qu’elle couvre la viande (mouillez donc à hauteur comme on dit) et mélangez bien pour éviter que la farine fasse des grumeaux.
Ajoutez votre bouquet garni et votre cube de bouillon de veau. Coupez ensuite votre oignon en deux, piquez chaque moitié avec les clous de girofle et ajoutez-les dans la cocotte.
Voilà, désormais vous fermez votre cocotte avec le couvercle, vous baissez le feu pour maintenir une légère ébullition et vous laissez mijoter entre 2 heures et 2 heures 30. N’oubliez pas de mélangeant de temps en temps.

A la fin de la cuisson, vérifiez la cuisson de votre viande, elle doit être très tendre et doit déjà se détacher, si ce n’est pas le cas, poursuivez la cuisson encore un peu.
Sortez la viande de la cocotte et réservez. Vous enlevez également l’oignon et le bouquet garni, que vous pouvez jeter.

Remplacez la viande par vos oignons grelots et vos légumes (carottes et champignons) et laissez mijoter entre 25 et 30 minutes jusqu’à ce qu’ils soient cuits à leur tour. Le jus doit avoir un peu réduit. Enlevez les légumes et réservez avec la viande. Versez alors la crème. Salez, poivrez et ajoutez la noix de muscade, goutez pour rectifier l’assaisonnement.

Dans un bol, mettez les deux jaunes d’œufs. Mélangez et verser dessus une bonne louche de sauce, remuez bien et vite sinon vos œufs vont coaguler. Ajoutez la cuillère à soupe de citron.

Versez ensuite ce mélange dans la sauce tout en fouettant. Ajoutez ensuite un beau morceau de beurre et mélangez à nouveau. 12620830_10156493881050430_455664316_o
Remettez ensuite la viande et les légumes dans la sauce. Vous pouvez garder au chaud jusqu’au moment de servir et préparer un peu de riz pendant ce temps-là. Ou vous pouvez, comme pour la plupart des plats mijotés, la préparer la veille et la réchauffer le jour-J. C’est ce que j’ai fait, la viande était encore plus moelleuse.

 

Publicités

Tagliatelles et tagliatelles de courgettes, sauce au curry et pignons de pin

TAGLIATELLES ET TAGLIATELLES DE COURGETTES, SAUCE CURRY ET PIGNONS DE PIN

IMG_5691
Pour un plat du jeudi soir, ce fut une réussite. C’était surtout l’excuse parfaite pour utiliser pour la première fois ma superbe mandoline De Buyer qu’on m’a offerte à Noël -si vous n’en avais pas, pas de panique, un simple économe fera très bien l’affaire !

C’est surtout la première recette que j’ai créé de toutes pièces, finalement la « créativité » arrive au fur et à mesure, c’est ce qu’il y a de meilleur en cuisine.
J’avais déjà lu que l’association curry/courgettes était pas mal du tout mais en ajoutant les pignons de pins torréfiés, cela apporte le croquant et un goût légèrement sucré qui relève le plat.

Il vous faudra :
– Un paquet de tagliatelles
– 1 ou 2 courgettes selon les goûts
– Du curry
– Une brique de crème fraîche liquide
– Quelques champignons de Paris (6 c’est bien)
– Un oignon
– Des pignons de pin

Commencez par émincer l’oignon et les champignons de Paris. Faites chauffer une poêle avec un peu d’huile d’olive, faites revenir l’oignon et les champignons à feu doux.
Coupez les courgettes en tagliatelles. Utilisez votre économe ou une mandoline si vous en avez une. Réservez.
Faîtes torréfier les pignons de pin dans une poêle bien chaude quelques minutes, ne les quittez pas des yeux. Réservez.
Une fois vos oignons et champignons bien fondants, ajoutez la crème liquide et le curry (selon vos goûts). Salez, poivrez.
Faites bouillir de l’eau dans une grande casserole. Plongez-y les tagliatelles et vos tagliatelles de courgettes pendant 3 minutes. Egouttez.
Servez dans une assiette creuse, déposez les pâtes, versez la sauce dessus et terminez en parsemant les pignons de pin.

 

La galette des Rois

LA GALETTE DES ROIS

IMG_5642Une galette, une vraie, c’est de la frangipane et de la pâte feuilletée. Ne me parlez pas de galette à la noisette, au chocolat, à la pistache ou avec de la brioche.
C’est la première fois que je me lance et le résultat était plus que convaincant. Le seul twist que j’ai ajouté c’est la crème pâtissière, mélangez à la préparation aux amandes, elle amène de la légèreté à la frangipane, du coup ne vous étonnez pas si les gens autour de la table en reprenne !

Le mieux c’est aussi de tout préparer à l’avance et une fois la galette montée, de la laisser au frais plusieurs heures (voire toute une nuit c’est encore mieux). Gardez en tête que toute chose préparée avec de la pâte feuilletée mérite quelques heures au frigo, la pâte se développera encore mieux et elle sera bien dorée.

Le plus dur finalement n’est pas de préparer la galette (surtout avec le thermomix), la vraie difficulté c’est de trouver une fève ! Un comble pour un mois de janvier. On en trouve en supermarchés mais vendu avec un paquet tout fait de frangipane. Demandez à votre boulanger, parfois ils en vendent, ou gardez précieusement celles que vous récoltez chez les autres !

Allons y pour la galette :
– Pâte feuilletée (de quoi faire 2 abaisses)

Pour la crème pâtissière
– 250 g de lait
– 50 g de sucre
– 3 jaunes d’œufs
– 25 g de fécule de maïs
– 1 gousse de vanille
Pour la crème d’amande
– 65 g de beurre doux
– 65 g de sucre
– 75 g de poudre d’amandes
– 1 œuf
– 1 cuillère à café de rhum
– 1 cuillère à café d’extrait de vanille

Pour la finition : 
– 1 jaune d’œuf
Commençons par la pâte feuilletée. Dans le bol du thermomix, mettez le lait, les graines de la gousse de vanille, le sucre, les 3 jaunes d’œufs et la fécule de maïs. Réglez 7 minutes/90°/vitesse 4.
A la sonnerie, raclez le fond et les parois du bol, goûtez et relancez la cuisson à 90°/vitesse 4 pour 2 à 5 minutes selon l’avancement de la cuisson de la crème. Le bon indicateur pour savoir si elle est prête, la crème doit être bien brillante. Alors n’hésitez pas à prolonger la cuisson si nécessaire.
Débarrassez et filmez la crème au contact. Laissez bien refroidir en la mettant au frigo si besoin.

Pour la crème d’amande, mettez le beurre et mixez 10 secondes/vitesse 4. Raclez ensuite le fond et les parois et bol. Insérez le fouet et ajoutez le sucre et la poudre d’amandes. Mixez ensuite 2 minutes à vitesse 2. Le mélange va devenir crémeux et léger. Ajoutez un œuf, le rhum et l’extrait de vanille par l’orifice du couvercle et mixez 1 minute en augmentant progressivement la vitesse jusqu’à 4.

Lorsque la crème est bien froide, transformez votre crème d’amande en frangipane ! Raclez les parois, ajoutez 130 g crème pâtissière et incorporez-la en fouettant 15 secondes / vitesse 3. Réservez-la au frais jusqu’à utilisation.

Pour une question d’organisation, vous pouvez préparer la frangipane la veille du montage. Et procédez au montage le jour J.

Dans un petit bol, mélangez 1 jaune d’œuf avec 1 cuillère à soupe d’eau et 1 pincée de sel, cela servira pour la dorure et la soudure.
Tapissez la plaque du four de papier sulfurisé.
Abaissez la pâte feuilletée bien froide sur une épaisseur de 2 mm, puis découpez 2 disques de 25 cm de diamètre environ (cela correspond à une galette pour 8 personnes) en suivant les contours d’un cercle ou d’un moule retourné. Déposez l’un des disques sur la plaque du four. Etalez de la dorure sur le pourtour extérieur de ce disque sur 1,5 cm de large environ.

Etalez la frangipane au centre sur 1 cm d’épaisseur avec une spatule plate en faisant attention de ne pas déborder sur le tour enduit de dorure.
N’oubliez pas la fève !
Refermez avec l’autre disque de pâte, en passant votre main délicatement dessus pour éviter de laisser de l’air dans la galette.
Passez ensuite délicatement vos doigts sur le pourtour du disque supérieur pour favoriser l’adhérence des 2 disques, puis chiquetez tout le tour avec un couteau pour souder la bordure. C’est le secret des chefs pour une bonne galette !
Etalez ensuite une fine couche de dorure au pinceau sur toute la surface de la galette et placez au frigo pour au moins 2 heures ou une nuit.

IMG_5644Préchauffez le four à 180°. Sortez la galette du frigo et dessinez des losanges ou des arcs de cercle avec la point d’un couteau. Percez 3 petits trous dans le disque supérieur de la galette, camouflés dans les rainures décoratives, et enfournez pour 25 à 30 minutes.
IMG_5643

Saumon mariné et sa galette de pommes de terre et carotte

SAUMON MARINÉ ET SA GALETTE DE POMMES DE TERRE ET CAROTTE

Les recettes salé/sucré ça n’a jamais été mon rayon mais mon amoureux adore le saumon et j’en ai assez de le cuisiner en papillote. J’ai trouvé cette recette simple et gourmande qui me tentait bien ! Un vrai succès.

Pour le saumon mariné :
– 4 pavés de saumon surgelé ou frais
– 1 cuillère à soupe d’huile de tournesol
– 1 cuillère à soupe de sauce soja
– 1 cuillère à soupe de miel
– Des graines de sésames grillées noir et blanches
– Sel, poivre

Pour les galettes ou « rostï » (plat typique Suisse) :
– 4 pommes de terre style bintje
– 1 carotte
– 1 oignon
– 1 cuillère à soupe de farine
– 1 cuillère à soupe d’huile de tournesol
– 2 œufs
– Sel, poivre

Préchauffez le four à 180°.
Déposez les pavés de saumon décongelés dans un grand plat à four. Salez, poivrez et arrosez-les d’huile de tournesol. Mélangez dans un bol, le miel, les graines de sésame et la sauce soja. Nappez les pavés avec cette préparation.

Préparez ensuite les rostï. Épluchez les pommes de terre, la carotte et l’oignon. Puis râpez-les. Pressez la préparation entre les mains pour retirer le maximum de jus, laissez dégorger dans un écumoire.
Rajoutez ensuite à l’ensemble les œufs et la farine pour donner plus de consistance. Salez et poivrez.

Enfournez les pavés de saumon nappés de sauce et laissez cuire 10 minutes en les arrosant régulièrement du jus de cuisson.

Pendant ce temps-là, dans une grande poêle, versez une cuillère d’huile. Chauffez. À l’aide d’une grande cuillère, disposez la préparation dans la poêle en l’applatissant pour obtenir des galettes.
Retournez de temps en temps les galettes afin d’avoir une cuisson parfaite. Sortez-les de la poêle lorsqu’elles sont dorées et encore moelleuses à cœur. Ajoutez une pincée de sel et servez.

Disposez le pavé de saumon dans une assiette et accompagnez-le de la galette. Parsemez quelques graines de sésame dessus et servez bien chaud.

IMG_5268


De vrais/faux cheesecakes

De vrais/faux cheesecakes

C’est sûrement l’excitation de regarder la finale d’Objectif Top Chef plutôt que la faim qui me pousse à écrire cet article. Les fêtes ont été, comme pour tout un chacun, un grand moment de gourmandises, j’aurais plutôt besoin d’un bon bouillon mais je voulais partager cette recette depuis un certain temps.

Pour ces petits cheesecakes, il vous faut :
– Un paquet de Roudors
– 150 g de mascarpone
– 150 g de ricotta
– 30 g de sucre glace
– 100 g de framboises ou -si comme moi vous réalisez cette recette en décembre- 2 sachets de coulis de framboises surgelés
– Quelques noisettes

Dans un saladier, mélangez le mascarpone, la ricotta et le sucre glace.
Faites décongeler vos sachets de coulis dans un grand verre d’eau chaude.
Mélangez le coulis avec le reste de la préparation et placez le tout dans une poche à douille avec un embout saint-honoré. Laissez au frais une bonne heure.

Pour le dressage, disposez un peu de crème sur chaque Roudors.
Terminez avec quelques noisettes torréfiées et concassées.
Remettez le tout au frais pour quelques heures encore.